FR  EN

Omnimax_novembre_12_2013

Aide médicale à mourir : une première étape franchie

12 novembre 2013
Selon le Huffington Post Québec, « Les députés de l'Assemblée nationale du Québec ont adopté, mardi, le principe du projet de loi qui doit encadrer l'aide médicale à mourir. Il sera maintenant étudié en commission parlementaire, avant d'être à nouveau soumis au vote. »
Les citations sont rapportées textuellement et ne sont pas éditées.

Selon vous, l'aide médicale à mourir doit-elle être encadrée par l’État ?


Selon 67% des internautes québécois, l'aide médicale à mourir doit être encadrée par l'État.
Personnellement, croyez-vous que ce projet de loi qui doit encadrer l'aide médicale à mourir va être adopté ?


46% des internautes québécois croient que ce projet de loi qui doit encadrer l'aide médicale à mourir va être adopté.
Selon Le Huffington Post Québec, les critères d'admissibilité à l'aide médicale à mourir sont les suivants. La personne doit être :
• majeure;
• apte à consentir aux soins;
• assurée au sens de la loi sur l'assurance-maladie (résidents du Québec);
• atteinte d'une maladie grave incurable;
• être dans un état de déclin avancé et irréversible;
• éprouver d'importantes souffrances physiques ou psychiques en raison de son état;

Selon vous, dans quelle mesure ces conditions d'admissibilité à l'aide médicale à mourir sont-elles raisonnables ?


82% des internautes québécois pensent que ces conditions d'admissibilité à l'aide médicale à mourir sont tout à fait ou assez raisonnables.
Croyez-vous que les individus devraient disposer du droit de mettre fin à leurs jours par eux-mêmes sans avoir à recourir au consentement de l’État ?


49% des internautes québécois croient que les individus devraient disposer du droit de mettre fin à leurs jours par eux-mêmes sans avoir à recourir au consentement de l'État.
Méthodologie:
- Ce sondage en ligne a été réalisé par MBA Recherche auprès de 1000 internautes québécois âgés de 18 ans et plus.
- Ce sondage s’est déroulé du 4 au 7 novembre 2013 et les données ont été pondérées selon la région, le sexe et l’âge.
- Ce sondage ayant été réalisé avec un échantillon de convenance, le calcul de la marge d'erreur n'est pas applicable.
- (consulter le site de l'ARIM - Association de la recherche et de l’intelligence marketing à ce sujet).
 

Commentaires  

 
#1 Joanne L Italien 12-11-2013 15:23
Je ne laisserais pas mon chat souffrir inutilement, alors pourquoi laisser en vie un être humain dans des conditions intolérables ?
Je pense que l'aide médicale à mourir devrait être encadrée par l'État; par contre, certains critères
d'admissibilités ne sont pas raisonnables. C'est-à-dire qu'une personne non majeure, non apte à consentir aux soins et non assurée au sens de la loi sur l'assurance-maladie (résidents du Québec) peut rester en vie dans des souffrances intolérables ? Selon moi, c'est complètement illogique !
Si je me réfère à cet homme courageux (Mr. Latimer) qui a décidé de mettre fin aux souffrances de sa fille (dont la médecine s'est acharnée sur elle inutilement pendant des années...); je lui lève mon chapeau ! C'est très dommage qu'il ait dû faire des années de prison pour avoir posé un geste d'amour envers son enfant.
Citer