FR  EN

Omnimax_august_01_2014

Le CRTC refuse à Bell la hausse de tarifs des téléphones publics payants

1er août 2013
Selon le Huffington Post Québec, « Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a rejeté mardi une demande de Bell Canada (TSX:BCE) en vue d'augmenter le tarif des appels locaux faits à partir d'un téléphone public payant. «À notre avis, il s'agit d'une victoire», a affirmé Janet Lo, conseillère juridique du Centre pour la défense de l'intérêt public.»
Les citations sont rapportées textuellement et ne sont pas éditées.

À quelle fréquence utilisez-vous des téléphones publics payants?

58% des internautes québécois n’utilisent jamais des téléphones publics payants ; 40% des internautes québécois utilisent des téléphones publics payants quelques fois par année ou moins souvent ; seulement 2% des internautes québécois utilisent des téléphones publics payants quelques fois par mois ou plus souvent.
Dans quelle mesure est-il approprié pour Bell Canada de demander l’augmentation du tarif des appels locaux faits à partir des téléphones publics payants ?

81% des internautes québécois mentionnent qu’il est assez ou tout à fait inapproprié pour Bell Canada de demander l'augmentation du tarif des appels locaux faits à partir des téléphones publics payants.
Selon vous, les téléphones publics payants sont-ils rentables ?

52% des internautes québécois pensent que les téléphones publics payants ne sont pas rentables.
Dans l’optique où opérer des téléphones publics ne serait plus rentable, laquelle des options suivantes vous semblerait la plus appropriée ?

34% des internautes québécois préfèrent que les tarifs des appels locaux effectués à partir de téléphones publics soient augmentés.
Méthodologie:
- Ce sondage en ligne a été réalisé par MBA Recherche auprès de 1000 internautes québécois âgés de 18 ans et plus.
- Ce sondage s’est déroulé du 23 au 25 juillet 2013 et les données ont été pondérées selon la région, le sexe et l’âge.
- Ce sondage ayant été réalisé avec un échantillon de convenance, le calcul de la marge d'erreur n'est pas applicable.
- (consulter le site de l'ARIM - Association de la recherche et de l’intelligence marketing à ce sujet).