FR  EN

Omnimax_june_27_2013

Médecine familiale et pénalité financière

27 juin 2013
Selon Radio-Canada, « Des pénalités financières guettent les groupes de médecine familiale (GMF) qui ne respectent pas les règles et les objectifs fixés par l'agence de la santé et des services sociaux de leur région. En vertu d'un document de travail émanant du ministère de la Santé et des Services sociaux, Radio-Canada a appris que le gouvernement Marois veut réduire de moitié, pour un an, la subvention des GMF qui n'offrent pas suffisamment de services, par exemple en soirée ou les week-ends. Les GMF qui ne satisferont pas les attentes de Québec au bout d'un an se verront retirer tout financement et pourraient perdre leur accréditation. »
Les citations sont rapportées textuellement et ne sont pas éditées.

Dans quelle mesure est-il nécessaire, selon vous, d’imposer des pénalités financières aux groupes de médecine familiale (GMF) qui ne respectent pas les règles et les objectifs fixés par l'agence de la santé et des services sociaux de leur région ?

58% des internautes québécois pensent qu'il est très ou assez nécessaire d’imposer des pénalités financières aux groupes de médecine familiale (GMF) qui ne respectent pas les règles et les objectifs fixés par l'agence de la santé et des services sociaux de leur région.
Toujours selon Radio-Canada, « Au moins dix des 22 GMF que comptent la Mauricie et le Centre-du-Québec n'atteignent pas leurs objectifs quant à leurs heures d'ouverture, d'après les données fournies par l'agence de la santé et des services sociaux de ces régions. À la Clinique médicale de Shawinigan-Sud (créée en janvier 2004), par exemple, aucun des médecins ne travaille les samedis et les dimanches. Le GMF de cette clinique reçoit 400 000 $ annuellement en subventions. Dans quelle mesure jugez-vous équitable que des GMF n'atteignant pas les objectifs quant à leurs heures d'ouverture reçoivent une subvention équivalente aux GMF qui réussissent à atteindre cet objectif ?


76% des internautes québécois jugent peu ou pas du tout équitable que des GMF n'atteignant pas les objectifs quant à leurs heures d'ouverture reçoivent une subvention équivalente aux GMF qui réussissent à atteindre cet objectif.
« C'est pas parce qu'on veut pas, pas parce qu'on est égoïstes! C'est parce qu'on a des limites personnelles et des limites de groupe », insiste le Dr Denis Huot. » Dans quelle mesure jugez-vous plausible que certains GMF ne soient pas en mesure de respecter les engagements d’heures d’ouverture les fins de semaine parce que les médecins travaillent déjà trop d’heures ?

46% des internautes québécois jugent peu ou pas du tout plausible que certains GMF ne soient pas en mesure de respecter les engagements d’heures d’ouverture les fins de semaine parce que les médecins travaillent déjà trop.
Méthodologie:
- Ce sondage en ligne a été réalisé par MBA Recherche auprès de 1000 internautes québécois âgés de 18 ans et plus.
- Ce sondage s’est déroulé du 18 au 21 juin 2013 et les données ont été pondérées selon la région, le sexe et l’âge.
- Ce sondage ayant été réalisé avec un échantillon de convenance, le calcul de la marge d'erreur n'est pas applicable.
- (consulter le site de l'ARIM - Association de la recherche et de l’intelligence marketing à ce sujet).