FR  EN

Assurance-emploi: de nouvelles règles qui sèment l'inquiétude

7 juin 2012
Selon Radio-Canada, « Le projet de loi C-38 abolit les dispositions qui définissent ce qu'est un emploi « non convenable », c'est-à-dire un emploi qui ne cadre pas avec les occupations ordinaires d'un bénéficiaire ou qui offre une rémunération ou des conditions moins avantageuses que la normale. »

Dans quelle mesure êtes-vous en favorable à l’idée que la loi C-38, en redéfinissant ce qu’est un emploi « non convenable », favorise le retour au travail des bénéficiaires et ce, même si ces emplois offrent des rémunérations ou des conditions moins avantageuses qu’à la normale ?

66% des internautes québécois sont peu ou pas du tout favorables à l’idée que la loi C-38, en redéfinissant ce qu’est un emploi « non convenable », favorise le retour au travail des bénéficiaires et ce, même si ces emplois offrent des rémunérations ou des conditions moins avantageuses qu’à la normale.


Pour quelles raisons êtes-vous tout à fait ou assez favorable à l'idée que la loi C-38, en redéfinissant ce qu'est un emploi « non convenable », favorise le retour au travail des bénéficiaires et ce, même si ces emplois offrent des rémunérations ou des conditions moins avantageuses qu'à la normale ?

Parmi les 343 personnes qui sont tout à fait ou assez favorables à l'idée que la loi C-38, en redéfinissant ce qu'est un emploi « non convenable », favorise le retour au travail des bénéficiaires et ce, même si ces emplois offrent des rémunérations ou des conditions moins avantageuses qu'à la normale, 27% considèrent qu’il n’y a pas de petits métiers.

Pour quelles raisons êtes-vous peu ou pas du tout favorable à l'idée que la loi C-38, en redéfinissant ce qu'est un emploi « non convenable », favorise le retour au travail des bénéficiaires et ce, même si ces emplois offrent des rémunérations ou des conditions moins avantageuses qu'à la normale ?

Parmi les 657 personnes qui sont peu ou pas du tout favorables à l'idée que la loi C-38, en redéfinissant ce qu'est un emploi « non convenable », favorise le retour au travail des bénéficiaires et ce, même si ces emplois offrent des rémunérations ou des conditions moins avantageuses qu'à la normale, 21% considèrent que cela brime les chômeurs de leurs droits.
Méthodologie:
- Ce sondage en ligne a été réalisé par MBA Recherche auprès de 1000 internautes québécois âgés de 18 ans et plus.
- Ce sondage s’est déroulé du 28 au 30 mai 2012 et les données ont été pondérées selon la région, le sexe et l’âge.
- Ce sondage ayant été réalisé avec un échantillon de convenance, le calcul de la marge d'erreur n'est pas applicable.
- (consulter le site de l'ARIM - Association de la recherche et de l'intelligence marketing à ce sujet).
 

Commentaires  

 
#3 anne marie londei 12-06-2012 05:33
Et qui plus est, il indique que le bénéficiaire devra accepter un emploi à 100 kms à la ronde. L'intérêt d'Harper, appauvrir encore plus son peuple. Non mais, se voir couper ses prestations parce que l'on refuse un poste à 70 % de son salaire initial, que l'on voyage jusqu'à 100 kms,sans parler du programme oû ils veulent que les gens quittent la ville pour travailler en région éloignée avec bonification, voici les vaillants petits soldats que ce cher Harper veut! Un pauvre peuple qui sera à sa merci!
Citer
 
 
#2 danielle ladouceur 09-06-2012 15:57
je ne suis pas d accord des conditions moins avantagueuse qua la normale
Citer
 
 
#1 Christopher Dorda 07-06-2012 16:25
Ce n'est pas parce que certaines personnes abusent du système que celui qui a travaillé toute sa vie et COTISÉ toute sa vie devrait accepter n'importe quoi ! Il va falloir mettre ça clair, clair, clair!
Citer